quels risques économiques et financiers , l'intensité capitaliste peut elle faire courir à l'entreprise?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

quels risques économiques et financiers , l'intensité capitaliste peut elle faire courir à l'entreprise?

Message par sandrine le Mer 17 Fév - 22:03

INTRODUCTION

Lorsqu'un entrepreneur décide de produire, le but qu'il poursuit est de réaliser un profit. L'investissement est, pour la majorité des entreprises, « vital », car lié au processus industriel de l'économie moderne, qui rend obsolète tout matériel en quelques années. L'objectif sera d'optimiser la recherche du profit et d'assurer la pérennité de l’entreprise, tout en tenant compte des contraintes financières, technologiques, humaines. Toute la difficulté sera de lever des capitaux suffisants en limitant les risques liés à une forte intensité capitalistique.
Dans un premier temps nous essaierons de comprendre ce qui conduit une entreprise à une forte intensité capitalistique et dans un deuxième temps quels risques économiques et financiers celle-ci peut faire courir à l’entreprise.



I) QU’EST CE QUI CONDUIT UNE ENTREPRISE A UNE FORTE INTENSITE CAPITALISTIQUE?

Après avoir défini ce que l’on entend par intensité capitalistique, nous verrons que celle-ci reste avant tout un choix du dirigeant dans la quête de la rentabilité de son entreprise.

A) LA NOTION D’INTENSITE CAPITALISTIQUE

Pour une entreprise, le capital économique désigne l’ensemble des moyens de fonctionnement nécessaire à l’exercice de son activité. L'intensité capitalistique se définit par le poids en pourcentage du chiffre d'affaires des capitaux longs nécessaires pour être un compétiteur sur le marché. Elle se calcule en ajoutant les immobilisations brutes au besoin en fonds de roulement, le tout divisé par le chiffre d'affaires. Un ratio faible signifie que l'entreprise dispose d'une faible intensité capitalistique. Elle représente également le montant des capitaux à engager pour générer une unité monétaire supplémentaire de chiffre d’affaires. À titre d'exemple, l'industrie automobile, les chantiers navals sont à forte intensité capitalistique ; la grande distribution, la restauration rapide sont à faible intensité capitalistique.
Une forte intensité capitalistique signifie que l’entreprise a besoin d’un grand nombre d’actifs pour générer un revenu. Une faible intensité capitalistique signifie que l’entreprise possède un business model nécessitant peu de ressources pour produire (la grande distribution), à l’inverse d’une entreprise nécessitant de nombreux actifs, telle que dans l’industrie lourde (chantier navale). L’intensité est différente selon le secteur et est bien souvent le choix d’une stratégie de la part du dirigeant.


B) L’INTENSITE CAPITALISTIQUE = UN CHOIX STRATEGIQUE DE LA PART DU DIRIGEANT

1°) UN CHOIX SUR UN PROGRAMME D’INVESTISSEMENT

Les besoins en capitaux permanents peuvent être satisfaits par plusieurs moyens allant de l’apport en capital des actionnaires à l’autofinancement en passant par l’endettement bancaire. La difficulté est de savoir, pour le chef d’entreprise, quelle est la nature des capitaux qu’il doit choisir pour satisfaire ces besoins. Dans un contexte de mutation technologique et de concurrence économique, voire de crise économique, la création , l’extension et ou la modernisation des outils de production(capital économique) passe par un financement sain.
Selon le secteur d’activité l’intensité capitalistique est plus ou moins élevée: Si mon ratio est faible, un compétiteur sur un marché aura plus de facilité à entrer sur le marché. Plus mon ratio est faible, plus mon intensité capitalistique est faible . Dans le secteur du commerce et des services, les investissements sont nécessaires uniquement pour stocker , présenter et vendre , comme dans la grande distribution. Il n’en va pas de même dans le secteur de l’industrie manufacturière et l’industrie lourde. Dans ces secteurs , comme l’automobile ou l’aéronautique les investissements sur les chaines de montage et les stocks nécessitent une immobilisation plus élevée.

2°) LA RELATION INTENSITE CAPITALISTIQUE - MARGE INDUSTRIELLE

A une intensité de capital forte doit correspondre un ration EBE/CA plutôt élevé, de manière à ce que l’entreprise finance sur son activité tous les besoins nécessaires à maintenir et développer les efforts de recherche et développement, son outil de production et rémunérer les capitaux.
Dans le  cas d’une faible intensité capitalistique , un ratio EBE/CA élevé constitue une exception sauf dans les cas de niche stratégique. Plus une entreprise à une intensité en capital élevé, plus elle doit dégager une marge industrielle importante. Il s’agit ici de vérifier que l’entreprise dégage suffisamment de moyens pour investir.

La recherche de l’intensité de capital peuvent faire peser sur l’entreprise un risque non seulement économique mais financier.




II) LES RISQUES LIES A CETTE INTENSITE CAPITALISTIQUE

A) RISQUE ECONOMIQUE

Une intensité capitalistique élevée traduit l’obligation et la pertinence pour une entreprise de renouveler ses immobilisations pour rester performante.

1°) liés à l’ investissement

Dans une entreprise où l’intensité capitalistique est élevée, une limitation de l’investissement conduit à une perte de production plus forte que dans une entreprise où l’intensité capitalistique est faible. S’il faut beaucoup de capital pour produire, et si l’investissement est limité à un niveau faible, l’insuffisance d’investissement est forte et la perte de production importante. Les PME qui investissent c’est avant tout pour garder leur niveau de compétitivité.

2°) liés à la conjoncture

Nous pouvons être également confronté à un risque de conjoncture qui automatiquement peut compromettre l’activité et les résultats de l’entreprise du fait d’un épisode aléatoire dans le monde qui est souvent lié à un changement économique ou politique. (ex embargo en Russie…).Risque de retournement de conjoncture

3°) Liés à l’humain


Une sous adaptation des salariés à l’utilisation de nouvelles machines (changement de techniques de production et process de production) risque d’engendrer du retard dans le développement du CA et dans la rentabilité attendue.



B°) RISQUES FINANCIERS

Les investissements destinés à une augmentation de la capacité de production pour accroitre l’activité (CA supplémentaire) peuvent créer des augmentations de stocks, des augmentations du volume des créances clients , donc des accroissements du besoin en fonds de roulement. Le chef d’entreprise devra donc anticiper ces besoins faute de quoi il pourrait être amener à utiliser de façon excessive les facilités de découvert mises à sa disposition par ses banquiers. Ceux-ci peuvent alors, devant cette erreur de gestion, retirer les concours qu’ils apportaient jusque- là.
Une entreprise qui accroit l’intensité de capital sans améliorer l’EBE et sans bénéficier de l’effet de levier fait courir un risque grave d’exploitation à l’entreprise.
Le choix de nouveaux investissements effectués à mauvais escient qui n’engendrent pas la hausse du CA escomptés peuvent exposer la société à des risques financiers dramatiques.
Il en ai de même en cas de sous utilisation des immobilisations: si les machines ne sont pas utilisées au max de leur capacité, les nouvelles ventes réalisées sont insuffisantes par rapport au potentiel de la machine. Utilisé à plein, ce potentiel aurait pu permettre de dégager les profits permettant de couvrir le cout d’achat, ce qui s’avère impossible.
Tous ces risques se traduisent par une croissance de la rentabilité insuffisante, voire une rentabilité négative créant un déséquilibre entre charges et produits qui, en fonction de leur importance et de la durée de cette situation, peuvent entrainer le dépôt de bilan de l’entreprise.

CONCLUSION

La notion d’intensité capitalistique permet de différencier en termes de risques, les entreprises nécessitant de faibles moyens, de celles qui au contraire vont devoir lever des capitaux importants pour développer leur outils de production. Il est indispensable que ces dernières dégagent des marges suffisantes. En faisant la relation avec l’EBE, l’intensité capitalistique est un indicateur qu’il faut absolument prendre en compte.
Cette notion permet de comparer les entreprises d’un même secteur. Cependant, même si cette notion est importante, elle ne doit pas être le seul élément de décision d’un investissement, le seuil de rentabilité et le calcul d’un point mort sont également des indicateurs indispensables à l’évaluation d’un projet d’investissement.


Pour aller plus loin…..
L’intensité capitalistique, un risque sur l’économie : exemple dans les pays de OCDE


Dans tous les pays de l’OCDE, on observe une hausse de l’intensité capitalistique, due probablement à la complexité croissante des techniques de production. Il est probable que la hausse de l’intensité capitalistique ralentisse la croissance :
• pour maintenir le rendement du capital physique, les entreprises doivent déformer le partage des revenus en leur faveur ; ceci réduit les salaires réels, donc la demande ;
• si des contraintes financières, ou une aversion pour le risque élevé, limitent l’investissement des entreprises, le coût en production est plus élevé avec une intensité capitalistique élevée ; la hausse de l’intensité capitalistique a poussé à la hausse du levier d’endettement des entreprises pour stabiliser le rendement des fonds propres (le résultat par action); ceci conduit aujourd’hui à la nécessité de désendetter les entreprises. Ceci joue certainement un rôle aujourd’hui où, après la crise, la volonté de désendettement des entreprises leur plus forte aversion pour le risque, limitent le taux d’investissement des entreprises.

sandrine

Messages : 5
Date d'inscription : 15/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum