1ère proposition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1ère proposition

Message par Admin le Dim 28 Fév - 9:57

Question 51 : Expliquez-en quoi et pourquoi la concurrence est considérée comme un élément indispensable des économies de marché

Introduction :

Thème/Contexte :

Une économie de marché désigne un mode de fonctionnement de l’économie qui accorde un rôle central aux mécanismes de marché pour assurer la régulation des activités économiques. Il existe autant de marchés que de produits.
La concurrence est à la base de l’économie libérale, développée par les théories des économistes classiques (Smith, Say, Ricardo) et néo-classiques (Walras), puis elle s’est mondialisée. En effet, depuis la métaphore de la main invisible d’Adam Smith (courant classique) qui corresponde au mécanisme de régulation automatique de l’économie, la concurrence est considérée comme un élément indispensable à la régulation des économies de marché : elle guide l’activité de chaque agent économique vers la meilleure situation possible pour tous : la somme des intérêts individuels contribuera à l’intérêt général.

Annonce de la problématique :

Même si la concurrence est une donnée essentielle depuis les néo classiques, pourquoi est-elle indispensable à l’économie de marché ?

Annonce du Plan :

Dans un premier temps, nous rappellerons les différents modèles de concurrence puis nous aborderons ce qui la rend indispensable.

I- Les différents modèles de concurrence
La concurrence se définit par l’existence sur un marché, d’une rivalité entre les vendeurs et /ou les acheteurs d’un même produit. L’objet de la concurrence est d’adapter la production au choix des consommateurs.

A) La concurrence pure et parfaite selon la théorie néoclassique :

Pour les néoclassiques, la concurrence pure et parfaite ne peut exister que s’il existe un libre fonctionnement des marchés concurrentiels (le libéralisme) et si 5 conditions se réunissent afin que les marchés fonctionnent de manière idéale :

- La transparence : l’information de tous les acteurs du marché est parfaite, immédiate et gratuite.
- L’atomicité : il existe un nombre d’acteurs suffisant pour qu’aucun ne dispose d’un poids trop important pour influencer les conditions de marché.
- L’homogénéité : tous les biens sont identiques qu’elle que soit leur origine et le producteur.
- La parfaite mobilité des facteurs : le travail et le capital peuvent se déplacer instantanément et gratuitement, d’une activité à l’autre, d’un lieu à l’autre.
- Le libre accès au marché : les agents peuvent faire des offres et des demandes à tout moment sans contrainte, ni coût et le marché s’adapte parfaitement.

Il faut également ajouter à ces 5 conditions la rationalité des acteurs, c'est-à-dire que les agents économiques recherchent à optimiser leurs intérêts. Mais selon la théorie de la « Main invisible » d’Adam Smith, en recherchant son propre intérêt, l’individu contribue à l’intérêt de tous.

Cependant, en observant le fonctionnement de l’économie, nous pouvons constater que la concurrence sur les marchés ne répond pas à tous ces critères et qu’elle est imparfaite.

B) La concurrence réelle, imparfaite :

En effet, de nombreux modèles différents de la théorie de la concurrence pure et parfaite existent, que nous allons identifier maintenant :
-Le monopole : Une seule entreprise fournit la production d’un bien en présence d’une infinité d’acheteurs. Elle doit cependant rester la préférence des consommateurs afin qu’aucune autre entreprise ne puisse lui faire concurrence.
- La concurrence monopolistique : Proche du monopole, dans ce modèle, plusieurs entreprises proposent des substituts proches mais chacune d’elle a le monopole de la variété qu’elle produit.
- Le monopsone : à l’inverse du monopole, plusieurs entreprises proposent le même bien à 1 seul acheteur.
- L’oligopole : un petit nombre de vendeurs sont faces à un grand nombre d’acheteurs.
- Le duopole : qui découle de l’oligopole, dans lequel 2 entreprises vendent le même bien à un grand nombre d’acheteurs.
- Le monopole bilatéral : pouvant être engendré par le duopole, si les 2 entreprises proposant le même bien se regroupent pour devenir 1 seule grande entreprise et vendre à 1 seul acheteur.

Transition :

La concurrence stimule la volonté collective, exacerbe le désir de réussir ensemble, collectivement et pas nécessairement au détriment des autres.
- La concurrence qu’elle soit parfaite ou imparfaite joue un rôle majeur dans les économies de marché.
Ces différents modèles de concurrence sont ceux constituant réellement nos économies de marché. Nous allons développer dans cette seconde les raisons pour lesquelles la concurrence est un élément indispensable des économies de marché.


I- Pourquoi la concurrence est un élément indispensable ?

Mise en lumière de 3 marchés et diverses absences de concurrence.

A) Pour le marché des biens et services

La concurrence existe dès lors que l’entrée sur le marché est libre : Sans liberté de marché situation de monopole, oligopole… Les seuls vrais monopoles sont en fait les producteurs étatiques uniques et obligatoires Monopsone également quand sur un marché il y a de nombreux offreurs et seulement un acheteur.

La situation de monopole : influence le marché, et fausse donc la fixation du prix, qui de fait, ne se trouve plus être fixé librement par le résultat de la confrontation de l’offre et de la demande.
La concurrence est un processus d’incitation à l’innovation pour les producteurs, les offreurs : il s’agit d’être mieux que les autres à un moment donné : être les 1ers à proposer un produit, ou proposer un produit à un prix beaucoup plus bas ( arrivée de Free sur le marché de la Téléphonie) : afin d’avoir pendant une période une situation de quasi-monopole temporaire et menacée, dans la mesure où la concurrence existe et où les autre producteurs /offreurs vont essayer de rivaliser et de devenir à leur tour les meilleurs, augmentant ainsi le choix des consommateurs.


Pas ou plus de confrontation des offreurs et des demandeurs : élasticité de l’offre et de la demande par rapport au prix, déterminera donc également la quantité offerte.
L’absence de concurrence ne permettra donc que très peu cette confrontation : un seul (ou un petit nombre) offreur ayant tout pouvoir dicteraient leurs lois : la négociation devient quasi-impossible pour les demandeurs.

B) Pour le marché des capitaux

Sur ce marché, la confrontation de l’offre sera constituée par l’épargne (offre de capitaux/ de fonds prêtables) et la demande par l’investissement (demande de capitaux /fonds prêtables), le prix d’équilibre se trouvant être le taux d’intérêt.
Plus les sources et  la diversité de l’épargne (type de supports, de risques, de durée….) seront importantes et plus il y aura d’épargne, donc  plus les taux d’intérêt pourront baisser, favorisant ainsi l’investissement des entreprises =>l’emploi =>la consommation =>la croissance=>l’investissement

C) Pour le marché du travail

La confrontation de l’offre de travail vient des salariés (travailleurs) et la demande de travail vient des entreprises, le prix d’équilibre étant le salaire (en fonction de lui, les ménages arbitrent entre travail et loisirs) La concurrence permettant l’innovation va donc permettre la création d’emploi. C’est bien le marché des biens et services qui va déterminer le niveau de la demande de travail.

Il y a donc une interconnexion entre ces 3 marchés et donc une nécessité de concurrence à l’intérieur de chacun d’entre eux pour parvenir à un équilibre global (équilibre PARETO) : niveau d’équilibre de chacun des marchés (prix, taux d’intérêt, salaires).


Conclusion :

La concurrence permet de produire au moindre coût pour vendre au meilleur prix et satisfaire une part croissante des désirs humains. Partout les hommes produisent, échangent, achètent ou vendent en surveillant sur leurs marchés, leurs concurrents pour ne pas perdre leurs clients. Ceci est une réalité universelle.
Ainsi les économies de marché s’étendent désormais à l’économie mondiale : sur ce marché dynamique, les biens et services, les capitaux et désormais les salariés sont en situation de concurrence globale. C’est cette concurrence qui permet aux hommes de bénéficier à leur tour des avantages de la croissance économique.
Des marchés libres c’est-à-dire où se confrontent l’offre et la demande permettent donc d’engendrer le niveau d’activité économiques le plus élevé. (En opposition avec une économie administrée) si la concurrence permet de maximiser l’avantage collectif, il revient cependant à l’ Etat, aux pouvoirs publics, de maintenir les conditions  de concurrence en luttant contre les concentrations monopolistiques, les ententes, cartels afin de maintenir un équilibre économique.

Admin
Admin

Messages : 6
Date d'inscription : 04/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://itbrennes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum