Question 42 : Si vous étiez actionnaire quel poste du bilan retiendrais particulièrement votre attention ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Question 42 : Si vous étiez actionnaire quel poste du bilan retiendrais particulièrement votre attention ?

Message par Mathieu Buzon le Mar 23 Fév - 21:12

Introduction : Pour soutenir sa croissance une entreprise passe par l'investissement et pour augmenter ses fonds propres elle peut avoir recours à l'actionnariat.
L'actionnaire est une personne physique ou morale qui détiens des actions ou parts dans une entreprise.
A ce titre il dispose de trois prérogatives, financière (droit au dividendes), de gouvernance ( droit de vote), d'information (droit aux informations notamment avant les assemblées générales).
Le but de l'actionnaire est avant tout de participer à une aventure industrielle tout en réalisant des profits.
Avant d'investir il va investiguer sur l'entreprise, sa santé économique et financière. Pour se faire il pourra s'appuyer sur des documents de synthèse que cette dernière doit obligatoirement fournir ; le bilan, le compte de résultat et les annexes.
Dans une première partie nous expliquerons le bilans, ses grandes masses et les postes que l'actionnaire doit en priorité analyser puis dans une seconde partie nous montrerons que le bilan est insuffisant pour une analyse exhaustive.


I) Le bilan

Définition : Le bilan est une photo du patrimoine d'une entreprise à une date donnée. La lecture de ce document comptable constitue un outil d'analyse financière, un élément d'analyse du risque et au delà est une source d'information sur la taille de l'entreprise, son évolution et ses performances.
Pour être exploitable et pertinent, il est utile de le retraiter le bilan comptable en grande masses afin d'avoir un bilan fonctionnel. C'est une approche plutôt économique.

A) Les grandes masses.

Le bilan en grandes masses permet une lecture de l'entreprise au travers de trois fonctions :

Fonction de structure : Qui couvre les besoins structurels d'investissements (actif immobilisé) et les ressources structurelles (capitaux propres et quasi fonds propres)
Fonction d'exploitation : Qui couvre les besoins courants nés de l'activité (actif d'exploitation) et les ressources courants nées également de l'exploitation (dettes d'exploitation)
Fonction de trésorerie : Qui couvre les liquidités et les valeurs mobilières de placement (trésorerie active) et en parallèle les financements bancaires à court terme (trésorerie passive). Mais il faut bien voir que cette fonction est la simple résultante des deux précédentes.

B) Les postes clés de l'actionnaire.

L'actionnaire va analyser ce bilan fonctionnel en couplant le postes, en les comparant de manière dynamique. Nous allons voir sur lesquels portent son intérêt.

1- Structure.
L'actif immobilisé net permet d'appréhender via la vétuste de l'appareil productif, la politique d'investissement de l'entreprise. A cet actif il faut rapprocher les ressources structurelles. La normalité veut que le montant de celles ci soit au moins égal à l'actif immobilisé net. Plus l'écart est positif plus l'activité de l'entreprise peut se développer sur des bases saines (Fond de roulement).
Il convient de regarder la mécanique au sein des ressources structurelles notamment la part des capitaux sur celles ci. Plus cette part est importante meilleure l'assise financière est. Il faut également prêter attention à la répartition des capitaux propres entre les différents actionnaires. En effet cela impacte les choix de gestions et d'administrations de l'entreprise et par ricochet la place donnée aux actionnaires dans les décisions.
L'analyse de la structure financière et de la politique de financement passent par le rappochements des Ressources structurelles / Actif immobilisé et Ressources Propres / Ressources structurelles.
L'actionnaire va particulièrement scruter la composition des ressources propres puisque c'est là où va se loger son capital investi.
Cela permettra de voir:- l'effort des actionnaires ( capital + prime d'émission)
- l'importance des bénéfices maintenus dans l'entreprise (réserves + report à nouveau) ce qui permet de dégager la politique d'autofinancement.

- le dégré de solvabilité.

2- Exploitation.
Les politiques à la fois de gestion et commerciale sont retranscrites dans le cycle d'exploitation via le stock, les délais clients et les dettes fournisseurs.

3- Trésorerie.
C'est le solde résiduel des deux précédentes masses et reflètent que leurs variations. Cependant elle influe sur le résultat net et le montant global de l'endettement.
Ses variation dans le temps dans le temps sont riches d'enseignements sur la santé financière de l'entreprise et son évolution.

Transition : En s'attachant uniquement au bilan l'actionnaire n'a qu'une vision patrimoniale de l'entreprise donc partielle. Pour compléter cette dernière il doit prendre en compte des élements présents dans d'autres documents.


II) Le bilan utile mais pas suffisant.

A) Le compte de résultat.

Il restitue l'activité économique de l'entreprise sur une période donnée. Il permet de dégager la politique commerciale, la maîtrise des charges, la politique d'investissement et donc la rentabilité.
L'actionnaire peut s'appuyer sur différents SIG :

Le CA et son évolution. Il est à rapporter au nombre de jours d'activité pour notamment le comparer aux autres acteurs du secteur.
L'EBE. Il mesure la rentabilité de l'entreprise et doit être suffisamment élevé pour permettre la politique d'investissement et de distribution notamment.
Le Résultat Net. La différence entre le résultat net et celui mis en réserve indique le montant distribué aux actionnaires lors du précédent exercice.

B) Les ratios.

Ils permettent de mettre en perspective l'ensemble des informations contenues les différents documents. On peut retenir 4 principaux ratios :

Ratio de profitabilité. Return on Equity

ROE = Résultat net / Fonds propres

Ce ratio indique à l'actionnaire la rentabilité de son investissement. Il doit être supérieur au rendement d'un emprunt d'état pour rémunérer la part de risque pris.

Capitalisation des résulats. Price Earning Ratio

PER = Cours de l'action / Bénéfice par action

Il permet une comparaison prix des entreprises d'un même secteur.

Ratio de mesure du rendement.

Dividende par action / Cours de l'action

Il mesure la rémunération annuelle de l'investissement de l'actionnaire.

Ratio de distribution.

Dividende par action / Bénéfice net par action

Il indique la part de distribution aux actionnaires des bénéfices.


Conclusion : L'actionnaire doit impérativement regarder le bilan de l'entreprise dans laquelle il souhaite investir. Il doit cependant le retraiter pour une meilleure analyse notamment historique en s'attachant aux fonctions de structure, d'exploitation et de trésorerie.
Il doit approfondir son analyse avec les SIF issus du compte de résultat et en établissant des ratios entre ces deux documents.
Cette vision financière et voire même mathématique reste trop étriquer pour pleinement déterminer le bien fondé de l'investissement.
Il faut aussi prendre des données issues de l'environnement dans lequel évolue l'entreprise (concurrence, réglementation , perspectives d'évolutions) mais aussi intrinsèques au fonctionnement de l'enterprise (gouvernance, valeurs, culture d'entreprise et image)

Mathieu Buzon

Messages : 12
Date d'inscription : 23/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum