1ere ebauche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1ere ebauche

Message par christophe delin le Dim 7 Fév - 19:14

Le secteur bancaire a considérablement évolué au cours des 25 dernières années, tant du point de vue des structures que celui des statuts et de la réglementation.
La libéralisation de l'environnement économique et financier a entraîné une diversification des activités et des métiers.
Les organisations bancaires ont évolué avec des étapes motivées par :
-la rationalisation des activités
-la recherche permanente de rentabilité
-l'innovation dans les services apportés
Le back-office illustre bien ce changement continu, cette adaptation permanente à son environnement. Le back office, c'est quoi?nous y répondrons dans une première parti par sa définition et dans une deuxième partie, nous traiterons de son évolution.

Le back-office a la responsabilité des tâches suivantes :
vérification (cohérence, conformité) des opérations enregistrées par le front-office ;
contrôle de provision (espèces ou titres) ;
envoi de confirmations :
ordres de paiement, instructions de réglement-livraison
vérification des encaissements ;
gestion de la vie des contrats, suivi des échéances ;
facturation des commissions ;
comptabilisation ;
reporting, notamment à vocation réglementaire.
Ces tâches nécessitent un traitement administratif en appui des lignes commerciales de vente, essentiel pour assurer le bon déroulement et le suivi des opérations bancaires. Mais au-delà de la fonction de traitement administratif, le back office assure une véritable fonction d'après vente
Le rôle du back-office est conforté depuis 1997 (règlement crbf 9702), en France, par le Comité de Réglementation Bancaire, puisqu'il stipule « une stricte indépendance entre les unités chargées de l’engagement des opérations et les unités chargées de leur validation.Ainsi, depuis une vingtaine d'années, le secteur bancaire s'est fortement industrialisé et ainsi comment a évolué le back office ?

Dans les années 1970-1980, les opérations de back office étaient traitées en interne et par un personnel pléthorique:ex calcul de intérêts sur des « carnets de comptes » à la main
L'informatique et son développement rapide et continu a contribué à supprimer de nombreuses opérations de back office. On le voit par exemple lorsque les automates remplacent les services de base effectués au guichet. Les clients sont amenés eux-même à traiter des opérations peu productives pour la banque et ainsi par la digitalisation de leur relation avec la banque.
L'innovation technologique n'est pas le seul facteur d'évolution du back office, l'industrialisation de la banque s’est effectué de plusieurs manières :
-la mutualisation des moyens, l mise en commun des ressources:cela peut être par exemple le regroupement de tous les services régionaux sur une plate-forme nationale (services successions, appui technique sur les crédits, l'épargne…), par la création d'un GIE notamment
cela peut se faire en associant des banques concurrentes pour le traitement et la conservation des titres ou pour la monétqie
-cela se fait par la sous traitance : ex la banque externalise le traitement du back office d ses chèques, activité à faible valeur ajoutée et ainsi laisse la possibilité à la banque de renforcer l'expertise des conseillers en ne traitant que des activités de conseil et de vente
-la délocalisation du back office de fait également pour une question de coût principalement. Elle peut se faire à l'étranger hors continent européen mais aussi dans les pays d'europe de l'est ou du sud avec des salaires moins élevés qu'en france. Cela peut concerner la RH, la comptabilité ou le traitement de certaines données.
-l'informatique peut être aussi délocalisée ou traitée grâce à des contrats d'infogérance (transfert des personnels et des moyens à une société informatique ou joint venture monté avec elle

En conclusion, l'évolution des back office bancaire est question de stratégie de la banque. Certaines l'externalisent dans l'objectif de baisser leurs coûts opérationnels par l'économie d'échelle engendrée mais il faut faire attention aux limites de la société externe sur ses compétences, sa confidentialité.
D'autres banques conservent leur backoffice pour se différencier, être plus efficaces. Certaines même les renforcent de par les contraintes réglementaires .
Cependant, il est à noter que l'aspect réglementaire, ou la sécurité informatique sont à externaliser avec parcimonie. Certaines activités peuvent donc être déléguées à partir du moment où c'est une activité à faible valeur ajoutée t ne traitant pas de données sensibles.

Plan

I Définition : -les différentes misions
-SAV
-CRBF 9702

II Evolution : -innovation technologique
-mutualisation des moyens
-sous-traitance
-délocalisation
-infogérance

christophe delin

Messages : 4
Date d'inscription : 07/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum