Question 38 : Pourquoi les partenaires financiers sont-ils attentifs à la répartition de l’EBE ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Question 38 : Pourquoi les partenaires financiers sont-ils attentifs à la répartition de l’EBE ?

Message par JULIE T le Dim 21 Fév - 21:00

Introduction
L’EBE est un solde intermédiaire de gestion qui mesure la performance de l’entreprise. C’est la ressource que l’entreprise tire régulièrement de son cycle d’exploitation avant toutes incidences de ses politiques d’amortissement (investissement), de provisionnement et de financement. Ce SIG se calcule en partant de la valeur ajoutée (c’est à dire du Chiffre d’affaires + la marge commerciale - les consommations intermédiaires) auquel on ajoute les subventions d’exploitation et auquel on retranche les impôts, taxes et charges de personnel. L’EBE est à la fois un indice de performance économique et un indicateur du partage de la valeur ajoutée.
Dans leur quotidien, les partenaires financiers sont attentifs à la répartition de l’EBE. Pour le comprendre, nous verrons dans un premier temps, les principales caractéristiques de cet indice puis, à quoi il est utilisé.


I – L’EBE, indice majeur de performance

A) La détermination de l’EBE
L’EBE constitue la part de la VA qui reste à l’entreprise après rémunération des salariés et de l’Etat. Il permet à l’entreprise de se financer elle-même et de rémunérer les apporteurs de capitaux. Il ne dépend ni de la politique de financement de l’entreprise, ni de ses éléments exceptionnels qui ont pu affecter le résultat, ni de sa politique d’amortissement. En cela, l’EBE est un bon indicateur de la performance industrielle et commerciale de l’entreprise.

B) Son interprétation
L’EBE est un résultat purement économique, c’est-à-dire avant prise en compte des choix politiques décrits ci-dessus. Il permet à l’entreprise de faire face aux aléas de ses activités tant courantes qu’exceptionnelles, de maintenir ou de développer son outil de production, de s’acquitter de ses obligations envers l’Etat et de rémunérer les prêteurs ainsi que les associés.
Il constitue un bon indice de la qualité de la gestion économique de l’entreprise et intervient dans la mesure de la rentabilité d’exploitation.

C) Son analyse : l’importance de la maîtrise des charges
Ce solde est celui qui permet de déterminer la productivité d’une entreprise.
Sa politique salariale est déterminante. Un niveau trop élevé de charges de personnel pénalise durablement une entreprise, puisque généralement une bonne partie de ces charges sont des charges fixes. Pour être supportable sans mettre en péril la pérennité d’une entreprise, on considère que les charges de personnel ne doivent pas représenter plus de 70 à 75% de la VA.

Transition
Du fait de son importance, les partenaires financiers sont attentifs à la répartition de l’EBE. Une utilisation judicieuse est source de pérennité pour l’entreprise.

II – L’utilisation de l’EBE

A) La croissance et l’investissement
L’EBE est analysé par le banquier et les organismes de garantie pour ce qui concerne les besoins de financement de l’entreprise qui interviennent tout au long de son existence :
- lors de sa création (il figure dans le prévisionnel financier du porteur de projet) ;
- lors d’une reprise (analyse des données antérieures et des perspectives d’évolution) ;
- l renouvellement de l’investissement.
Que l’entreprise emprunte ou autofinance le renouvellement de l’outil productif, il est primordial que l’EBE soit utilisé pour cet investissement permettant à l’entreprise d’améliorer sa productivité, sa compétitivité et d’accélérer son développement.

B) La politique de financement
La rémunération des capitaux empruntés est une utilisation importante de l’EBE. La part des investissements que l’entreprise finance par emprunt se traduit au niveau du résultat courant au travers des frais financiers. La part des frais financiers prélevée sur l’EBE se mesure par le ratio frais financiers / EBE et on l’estime raisonnable jusqu’à 30% car l’endettement a une incidence directe sur la CAF. Un poids excessif des frais financiers sur l’EBE obère la marge de manœuvre de l’entreprise pour le financement de sa croissance et la rend vulnérable. La politique d’endettement est dictée par le niveau de l’EBE.

C) La politique de distribution
L’EBE doit être largement positif pour permettre à l’entreprise de dégager un bénéfice dont une partie peut être réinjectée dans l’entreprise pour renforcer ses capitaux propres ; ce qui renforce sa solvabilité.
Aussi, une partie peut être distribué sous forme de dividendes pour rémunérer les actionnaires. Ces derniers font partie des partenaires financiers assurant le développement de l’entreprise.

Conclusion
Les partenaires financiers sont attentifs à la répartition de l’EBE. En effet, s’il permet d’apprécier la profitabilité de l’entreprise et sa capacité à emprunter des capitaux, c’est son utilisation qui permet d’évaluer la capacité durable à les rembourser. Cependant, ne doit on pas l’apprécier à d’autres SIG pour comprendre son importance ou encore analyser l’ensemble des grandes masses du bilan pour lesquelles les partenaires financiers sont attentifs ?

JULIE T

Messages : 5
Date d'inscription : 21/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum